Oradour
Code INSEE 16248
Code postal 16140 Aigre
Altitude 77 mètres
Superficie 1440 hectares
Population en 1999 225 habitants

L'église d'Oradour date du XIIIème siècle. Elle est située entre les deux bourgs de "Chillé" et "Germeville". Cette église est entourée du cimetière de la commune. Sur le portail de celui-ci on peut lire gravé au fronton : [1866 PASSANTS PRIEZ POUR NOUS]. Près de l'église, a été construit vers 1892, un groupe scolaire qui abrite aujourd'hui la mairie de la commune.

A l'intérieur du cimetière se trouvent des anciennes pierres tombales ayant probablement appartenues à la famille de Barbezières car leurs armes sont gravées dans la pierre. Il y a également trois pierres tombales de moines laboureurs.

Il y aurait eu autrefois, à côté de l'église, un petit prieuré, disparu depuis bien longtemps. Dans le petit bois adjacent au cimetière, une entrée de souterrain se distinguait. Celui-ci devait relier l'église au prieuré.

Dans le bourg de "Chillé", il existe une maison du XIIIème siècle. Ce bourg dispose depuis 1508 d'une certaine autonomie. En effet, à cette époque, les prieurs de Lanville donnent aux habitants de Chillé, 92 hectares de rouchères. Ces marais de Fiolle (ou Enfiolle) sont incultes mais poissonneux, giboyeux et il y pousse la rouche, plante qui sert de combustible de chauffage. Tous les ans, une commission de village partageait ces terres en lots. Il en revenait un à chacun. Cette organisation a traversé les siècles puis, ces terres sont laissées à l'abandon, jusqu'en 1958 où il fallut payer 6000 francs d'impôt. La section de village a repris, et a loué les marais à un agriculteur. Depuis, les terres rapportent au bourg de "Chillé".

Dans le bois près du cimetière a été érigée en 1894 une statue de Notre-Dame des Champs, patronne des agriculteurs. En effet sur le socle est gravé : "Statue bénite par Mgr Jean-Baptiste FREROT, évêque d'Angoulême, 5 mai 1894, jour de la communion et de la confirmation, veille de la clôture de la deuxième mission, donné par la famille J.B. FAURE DE RENCUREAU du PÉRÉE, et prêchée par le RP Marie BERNARD, gardien des capucins du couvent de Millau. 15 avril - 6 mai".Cette statue a été offerte pour la protection des cultures pendant la crise du phylloxéra. De nombreux pèlerinages eurent lieu et ont encore lieu.

Au sommet de la côte, à la sortie de "Germeville", on remarque le long de la route à droite, une stèle. Elle commémore le sacrifice de deux résistants, Madeleine et Gustave NORMAND. Madeleine sera déportée à Auschwitz et y décédera en février 1943, son mari Gustave, arrêté, sera fusillé le 2 octobre de la même année. La stèle fut inaugurée le 26 mai 1946 par Charles TILLON, ministre de l'armement.

Une chapelle existait dans le bourg de "Chillé". Elle était annexé à celle d'Oradour. "Chillé", était le siège d'une seigneurie qui dépendait de la principauté de Marcillac. Cette terre semble avoir appartenu dans la dernière moitié du XVIIème siècle à François de Pindray, ecuyer,seigneur de Montaigon, ambelle et autres lieux.

Dans le bourg de "Germeville", on remarque à l'entrée, sur la gauche "le château de Germeville" propriété en 1900, de Lucien GAUTIER, des cognac GAUTIER. L'habitation du XVIIIème siècle est l'ancien logis de Germeville. C'était jadis le siège d'un arrière-fief, qui, au XVème siècle, appartenait à Antoine Vallantin, écuyer, fils de Wastre Vallantin, seigneur de Saint-Maixant, et d'Isabeau de Grafort. Cet Antoine Vallantin avait épousé Nice de Barbezières, fille de Jean de Barbezières et d'Amice L'Hermitte. La branche cadette de la famille Vallantin conserva la propriété de Germeville jusqu'a la fin du XVIIème siècle. En 1738, c'est Bernard Faure, seigneur de Rencureau, qui se disait seigneur de Germeville. A côté de ce château, on peut voir une petite chapelle. Cette petite chapelle a eu le clocher décapité par la tempête du 27 décembre 1999.

Il y a deux lavoirs sur la commune. Un a l'entrée de "Chillé" sur le ruisseau le "Dup". Le second à "Germeville" alimenté par le ruisseau "les Près-Noirs".

Dans les marécages autour du hameau de "Chillé", on trouve planté un gros bloc de calcaire auquel ona donné le nom de "Grosse Pierre". Il mesure 1,60 mètres de haut avec une largeur de même. L'épaisseur est de 70 centimètres. Certains prétendent que c'est un menhir alors que d'autres semblent y voir une borne seigneuriale.

Le Moulin de "Rencureau", qui était situé au Nord de "Germeville", portait le nom d'une terre, qui a appartenu à la famille Faure de Rencureau. Cette famille étaitconnue depuis Jean Faure, sieur de Rencureau qui vivait au début du XVIIème siècle et qui avait épousé Esther Pandin. Ce moulin est aujourd'hui détruit.

Sur la commune se trouve également la borne des conjonctions des trois provinces de l'Angoumois, de la Saintonge et du Poitou.

Evolution de la population : (Sources INSEE)

1821 1841 1851 1861 1876 1891 1906 1926 1946 1968 1982 1999
773 861 853 749 718 602 593 483 404 296 250 225

 

- Dernière modification le -