Le monument aux morts de la guerre de 1870 de l'ancien arrondissement de Ruffec
. .

En 1887, un comité décida d'élever un monument aux morts de la guerre de 1870 / 71 de l'arrondissement de RUFFEC.

Le projet se réalisa grâce à une souscription de 536,75 Fr, réalisée par Hippolyte Lotte, membre du comité et ancien capitaine au 18° mobile, qui se présenta au domicile des habitants pour la collecte. Le monument est réalisé en pierre de Vilhonneur. Il se compose d'un socle et d'un obélisque triangulaire d'une hauteur de 3m 50 environ. Il pèse 9 tonnes. Il est érigé dans le square devant la gare de Ruffec.

C'est M. VILLESSOT, entrepreneur à Ruffec qui le construisit en 1888, sur des plans de M. LAGOUTTE. Le centre d'une des faces est occupé par une statue en relief. C'est Henri BOUILLON, élève des beaux-arts et natif de Mansle qui dirigea la partie artistique. Henri DONATI, sculpteur parisien vint exécuter le motif qui représente un soldat blessé. Les deux autres faces de la colonne portent gravés dans la pierre les noms des soldats de l'arrondissement de Ruffec, tués, disparus ou morts des suites des blessures en 1870 / 1871, ainsi que dans les expéditions du Cambodge, du Tonkin et de Madagascar.

Il y a 201 noms gravés sur cette stèle.

Il fut inauguré le 5 août 1888 lors de la fête patriotique qui eut lieu à cette occasion.

Le monument aux morts de la guerre de 1870 de l'ancien arrondissement de Ruffec
Le monument aux morts (1870) de Ruffec

 

Voici la liste des personnes "MORTS POUR LA FRANCE" inscrites sur le Monument aux Morts :

Guerre 1870-1871 (pour le canton d'Aigre)

Aigre

Félix MOUTIER, soldat au 49° de ligne, décédé à l'hôpital d'Angoulême le 21/12 /1870.

Barbezières

Jean COURONNAUD, soldat au 94° de ligne, décédé à l'hôpital d'Angoulême en 1870.
Pierre MATHIEU, soldat au 119° de ligne, décédé à l'Hôtel-Dieu à Paris en 1871.
Théophile VARAGNAC, caporal au 119° de ligne, décédé à l'hôpital de Nevers le 04/01/1871.

Ebréon

Pierre BAPTISTE, soldat au 94° de ligne, décédé à l'hôpital de Valognes ( Manche ) le 19/01/1871.
François MALICORNE, clairon au 25° de ligne, tué à Gravelotte .
Pierre MONTAUD, soldat au 86° de ligne, tué au combat de Beaumont ( Ardenne ) le 30/08/1870.

Fouqueure

Pierre Appolonie DUFOUR, garde mobile, décédé à l'hôpital d'Angoulême le 23/11/1870.

Luxé

Antoine OLLIER, garde mobile, décédé à Montbéliard sur le champ de bataille le 15/01/1870.
Philippe OLLIER, mobilisé, décédé le 19/02/1871 à l'hôpital militaire de Lyon.
Jacques PAJOT, garde mobile, décédé prisonnier en Prusse.
Alexandre ROBARAUD, soldat au 49° de ligne, décédé prisonnier en Prusse.

Oradour

Pierre CATHELINAUD, soldat au 4° d'artillerie, tué à Sedan le 04/09/1870.
François PERRET, soldat tué au siège de Paris en 1871.
Jean POUET, garde mobile, décédé à l'hôpital de Cognac le 10/12/1870.

Ranville-Bd

Prosper CHEVALIER, garde mobile, décédé en Suisse en 1871.
Henri GUY, garde mobile, décédé en Suisse en 1871.

Saint-Fraigne

Joseph BINAUD, soldat au 52° de ligne.
Pierre CLOCHARD, soldat au 13° bataillon de chasseurs à pieds, tué au combat à la Fourche.
François FORESTIER, soldat au 107° de ligne, décédé à l'hôpital d'Angoulême.
Jean-Louis FORESTIER, soldat au 107° de ligne, décédé à l'hôpital de Clermont-Ferrand.
Louis MANSON, soldat tué à Sedan.
Jean SAULNIER, soldat au 89° de ligne.

Tusson

Auguste CHATAIGNON, garde mobile, décédé à l'hôpital d'Angoulême le 8 février 1871.

Villejésus

Louis BERGER, garde mobile, décédé à l'hôpital de Cognac le 29/01/1871.
Jean GIRAUD, garde mobile, décédé à l'hôpital de Cognac.
Jacques VEILLON, garde mobile, décédé à Grabon ( Allemagne ) le 10/03/1871.
Jean VINCENT, garde mobile, décédé à l'hôpital d'Angoulême

 

- Dernière modification le -