Le Mémorial d'Oradour

L'inscription sur la stèle est la suivante :

Aux vaillants patriotes d'Oradour

Madeleine et Gustave NORMAND

Victimes de la barbarie fasciste

Inauguré le 26 mai 1946 par Charles TILLON ministre de l'armement

Compagnon de lutte des martyrs d'Oradour

Le Mémorial d'Oradour
Gustave NORMAND
Madeleine NORMAND

Madeleine Marie PLANTEVIGNE, fille de parents cultivateurs, est née à la Broussette - petit hameau de la commune d’Oradour en Charente - le 11 avril 1897. Le 9 septembre 1919, elle épouse Gustave NORMAND, également cultivateur. A cette époque là, ils exploitent  une belle propriété à Germeville. 

Très tôt, les époux NORMAND affichent leurs convictions politiques (Gustave était militant du P.C.), lorsque la guerre éclate, mais cet état de fait ne dissuade pas pour autant Madeleine et Gustave de rompre avec le Parti Communisme.  Madeleine Normand deviendra chef du P.C Nord-Charente suite à la mutation de Guy BRION l’instituteur qui en était le dirigeant.

Elle réorganise le parti afin de collecter des fonds et des denrées alimentaires pour les clandestins et charge également celui-ci de leur assurer des "planques". Ceux sont là les premiers actes de résistance des époux NORMANDS. Lors de l'été 1941, beaucoup de leurs amis seront fusillés dans les départements limitrophes. De plus, l’armée Russe est acculée par la Wehrmacht rendant les époux NORMANDS très inquiets de leur devenir. Les divers faits de cette période renforcent leur engagement dans la résistance. Ils sont repérés et doivent partir.

Ils vont vendre une partie de leurs biens et louer leurs terres pour pouvoir consacrer tout leur temps à la lutte anti-fasciste. Leur chemin les dirigera vers Saintes. Installés en ce lieu, ils continuent de façon soutenue leur lutte au côté de Georges BEYER. Journaux et tracts clandestins circulent fort bien, mais dés mars 1942, se sentant  repérés, ils décident alors de rentrer complètement dans l’illégalité et de se faire faire des fausses cartes d’identités. Le 27 mars 1942, Madeleine, inquiète de ne voir personne, ne peut attendre plus lontemps et par chez Marcelle LEMASSON (livreuse des cartes). Son impatience lui vaudra d’être repérée.

Les époux NORMANDS vont être arrêtés par la police spéciale de Bordeaux et trois sbires du commissaire POINSOT. Ils vont être interrogés pendant quatre jours, puis conduits à Paris passer encore quelques jours dans les bureaux des Renseignements Généraux, puis au dépôt. Le 29 avril, Gustave sera transféré au Cherche-Midi et Madeleine à la Santé.

Le 24 août suivant, Madeleine est transférée à Romainville où elle revoit son mari devenu presque aveugle, à la suite des coups reçus lors des interrogatoires. Le 24 janvier 1943, Madeleine est déportée vers Auschwitz par le premier convoi « Nuit et Brouillard » des femmes résistantes françaises. Elle deviendra le matricule 31678. 

Madeleine Normand sera assassinée le 23 février 1943 à Birkenau  à la suite de terribles coups de bâton infligés par une stubova acharné.

Gustave Normand a été fusillé au Mont-Valérien le 2 octobre 1943.

 

- Dernière modification le -